cliquez ici pour acheter vos tickets
Nightmare The Burden of God - Artwork



Nightmare - The Burden Of God - Fnac

Nightmare - The Burden Of God -  Amazon

Nightmare - The Burden Of God - Price Minister



NIGHTMARE: " On a commencé à composer les textes en fonction de ce qu’on avait comme musique. Le côté un peu prenant de toutes ces orchestrations nous a amené à parler de l’avenir de l’humanité. On s’est inspiré de l’actualité du printemps arabe et on s’est questionné sur le devenir de ces peuples en soulèvement. "

Heavy News : The Burden Of God est un album très varié, avec des riffs rapides, des mélodies accrocheuses et des ambiances très différentes et particulières. Peux-tu nous en parler du processus de composition ? (Lire la chronique de The Burden Of God)? 

Jo: ça s’est passé de façon habituelle pour Nightmare. Au moment de la composition on part sur des riffs de guitare. Dans ce cas, c’est Franck qui nous a emmené tous les riffs puisqu’à ce moment-là JC venait de nous quitter, donc on n’avait que lui comme guitariste. 

Frank est très productif et on a retenu une bonne partie de ses idées. J’aime citer une de ses influences, qui est Arch Enemy. On voulait garder un côté assez thrash, mais aussi apporter plus de richesse aux morceaux avec des orchestrations. Elles mettent en place une ambiance et permettent d’avoir un morceau qui évolue et pour finalement revenir au bon vieux riff.

Nous avons fait appel à un claviériste qui est Jonathan Ménard du groupe Veloce Hystoria. Il nous a beaucoup aidé à la mise en place ces orchestrations. Il a fourni un travail au dessus de nos espérances ! On voulait sortir des plages clavier classiques, comme celles des précédents albums, où l’on ne voulait pas trop en mettre. On évolue encore !

Il était important aussi de ne pas perdre de vue les lignes mélodiques de chant, ainsi que de garder les mélodies et les refrains accrocheurs.

Heavy News: Justement au sujet de ta voix. Elle est très mélodique mais peut aussi être très agressive. Est-ce quelque chose que t’as particulièrement travaillé ?

Jo : En effet un chant mélodique peut être aussi puissant, c’était le but ! Selon le thème du texte j’ai travaillé en adaptant l’interprétation. J’aime bien aller loin dans l’interprétation, sans que ça fasse caricatural, et c’est quelque chose que j’ai bien pu faire cette fois-ci.

Nous avons enregistré chez Patrick Liotard, chez qui j’avais déjà enregistré le chant du précédent album. Il sait trouver les bons mots pour me guider et m’aider aussi dans l’interprétation.

Heavy News: Vous avez un nouveau guitariste, Matt Aselberg. Quel a été son degré d’implication dans la création cet album ?

Jo : Il est arrivé tard, toutes les compos étaient déjà en place. Il me semble que j’enregistrais déjà le chant. Mais on tenait à ce qu’il participe, d’une part parce qu’on sentait que c’était le bon, et on s’est dit que ça serait plus dur pour lui de promouvoir un album s’il n’y a rien de lui dedans.

Du coup il a pu intervenir et on lui a laissé tous les soli, hormis ceux de the Final Outcome et Afterlife. Il a pu s’exprimer, et d’ailleurs nous on cherchait un guitariste plus mélodique, dont les solos sont plus structurés.

J’aime bien les solos qui ont leur propre histoire: avec un début, puis un développement, une envolée ou un passage rapide, et pour finir une note tirée, ou alors qui relance le chant. Il a très bien su le faire, et c’est un des albums où les solos sont le plus réussis. Y en a de très bons sur les autres mais ici, quand il y en a, car pas tous les morceaux ont un solo, ils sont bien dosés.

Heavy News : Certains passages font penser à des bandes originales de films. C’était la direction que vous cherchiez à emprunter ? 

Jo : Jonathan nous a fait écouter des choses et j’avoue qu’il y en avait certaines qui avaient ce côté-là que j’aime bien. Je suis fan du travail de Matthias Zimmermann. J’adore les bandes originales de film pour les côtés classique et grandiose, qui viennent donner de l’emphase à notre musique. Les orchestrations sont d’un excellent niveau, il nous a envoyé le premier jet qui nous a tout de suite plu.

Heavy News : Nous n’avions pas les paroles, mais il semblerait qu’il s’agit d’un concept album…

Jo : Non, il y a une ligne directrice mais à la base ce n’est pas un album concept. Les sujets abordés peuvent entrer dans une logique, et peuvent représenter les différentes facettes d’une même thématique.

On a commencé à composer les textes en fonction de ce qu’on avait comme musique. Le côté un peu prenant de toutes ces orchestrations nous a amené à parler de l’avenir de l’humanité. On s’est inspiré de l’actualité du printemps arabe et on s’est questionné sur le devenir de ces peuples en soulèvement.

On parle aussi des prédictions mayas et de l’apocalypse dans la Bible. D’ailleurs la pochette fait référence à ça. Mais c’est trop difficile de faire un concept album, on en a d’ailleurs déjà fait un.

Le morceau Dominion Gate III met en opposition le monde occidental et le Moyen-Orient, deux civilisations qui cohabitent difficilement.
Dans le quatrième titre, Crimson Empire, on parle de la débauche, de la luxure…

Heavy News : Vous présentez aussi la troisième partie de The Dominion Gate (la première figurant sur The Dominion Gate et la deuxième sur Genetic Disorder), un morceau très varié entre riffs endiablés, des ambiances lourdes et une mélodie orientale. Un mot sur ce que représente cette suite ?

Jo : C’est l’opposition entre ces 2 mondes, occidental et oriental, avec sur la partie instrumentale. Au début il y a des voix féminines, un peu orientales, et des voix d’esclaves. Ça représente la soumission d’un monde en face d’un autre.

Il y a 2 personnages : un conteur (moi) et une divinité orientale, qui s’interrogent et dialoguent. Ensuite il y a l’opposition entre des chants grégoriens qui rappellent le monde occidental et la bible, et des mélodies plus arabisantes.

Heavy News : À la fin de l’album, Final Outcome et Afterlife sont des morceaux plus prog-rock, différents du reste. C’est le fruit d’une collaboration avec votre producteur Patrick Liotard.

Jo : Ils sont un peu à part, au départ il ne devait y avoir qu’un seul morceau sur lequel on voulait qu’il participe. Il nous a proposé une composition sur laquelle on a tout de suite accroché.

On a intégré ces morceaux dans l’album par rapport au thème mais le style est resté volontairement très différent. Il y a un autre morceau pour lequel le gratté est très différent, rythmiquement ça se rapproche plus d’Evanescence ou de Lynkin Park.

On a retravaillé le texte en fonction de ces lignes de chant sans texte qu’il nous avait donné. C’était intéressant car je ne suis pas habitué à chanter sur des lignes de chant que je n’ai pas composé !

C’est aussi Patrick Liotard qui a fait les solos et il fait du bon boulot ! Il vient du monde du métal, c’était le guitariste chanteur du groupe Présence dans les années 80.
Aujourd’hui il compose aussi bien pour la publicité que pour le monde des comédies musicales.

Heavy News : Quels souvenirs gardez-vous du concert anniversaire qui a été immortalisé pour le live One Night Of Insurrection.

Jo : Un très bon souvenir avec le public grenoblois. On nous demandait cette vidéo ! Ça a été l’occasion de rejouer avec des anciens musiciens du groupe :Nico, Jeannot, Alex, moi j’ai repris la batterie pour un morceau, c’était folklo ! C’est un moment qu’on aura plaisir à se remémorer dans quelques années.

Heavy News : Peu de groupes Français sont signés et distribués à l’étranger, en plus vous avez visité de nombreux pays en tournée. Quel est votre sentiment quant au fait de porter le flambeau du Heavy Metal français ? 

Jo : On est content, très fier d’être reconnu à l’étranger et on aimerait être d’avantage reconnu en France.

Heavy News : Votre meilleur souvenir de tournée, que ce soit un pays, un festival ou un moment en particulier ? 

Jo : Jouer au Wacken est toujours une expérience très stimulante ! Avec tout ce monde, c’est de la folie.

Jouer aux Etats-Unis dans un festival sur 3 jours avec Manowar, Saxon et Virgin Steele a aussi été la réalisation d’un rêve de gosse.

Heavy News : Où en est la tournée ?

Jo : C’est en train de se monter. Une petite tournée européenne sur 15 à 20 dates en première partie de certains groupes, puis des dates en tête d’affiche. On a quelques dates qui sont déjà complètes. Il y aura aussi des festivals.

Interview faite par: F.C.K et METALTRAVELLER

heavynews.fr
To the visited countries list Cliquez ici pour acheter vos tickets