cliquez ici pour acheter vos tickets
Venturia Dawn Of A New Era - Artwork



Venturia - Dawn Of A New Era - Fnac

Venturia - Dawn Of A New Era -  Amazon

Venturia - Dawn Of A New Era - Price Minister

Venturia - Band

VENTURIA: "On ne va pas révolutionner le genre. Je pense qu’il faut évoluer de façon naturelle, ne pas se prendre la tête et qu’on ne dénature pas ce qu’on a envie de faire avec le groupe.
On n’a pas vraiment pensé qu’en simplifiant notre musique on allait se retrouver parachuté au milieu d’une multitude de groupes qui font du female fronted metal. "

Heavy News : Tout d’abord, peux-tu nous présenter Venturia ?  

Charly Sahona: Je suis Charly Sahona, leader du groupe Venturia. C’est assez difficile de décrire notre groupe, mais pour résumer, nous sommes un groupe de métal mélodique, technique et à tendance progressive.

Nos deux premiers albums étaient beaucoup plus progressifs, celui-ci l’est moins mais il y a quand même la présence des claviers et le jeu technique de chacun, ce qui fait qu’on est encore dans le progressif même si on n’utilise pas les codes des groupes progressifs sur ce dernier album.

Heavy News: Justement on a trouvé que cet album (Lire la chronique de Dawn Of A New Era) avait un son très rock, très direct, très spontané. C’était quelque chose que vous recherchiez au niveau de la production?

Charly : C’était pourtant quelque chose de très travaillé mais tant mieux si ça sonne direct.

Ca vient surtout du jeu de Thomas le bassiste, qui est un jeu très riche avec pour Venturia, avec une approche assez rock. Moi j’ai plutôt un son clean, métal et je pense que c’est tout ce mélange qui donne ce côté vivant qu’on retrouve dans le rock.

Donc je pense que ça peut venir de là, et aussi du fait que mes 3 acolytes ont une mentalité un peu plus rock and roll que la mienne.

Heavy News: D’ou vient le nom du groupe ?

Charly : Je cherchais un nom de groupe avec mon frère. Il est tombé sur le verbe anglais «to venture» qui veut dire «se risquer à faire quelque chose ».

La signification du mot m’a plu. Ce verbe couplé à la sonorité en «ia» que je recherchais pour mon nom de groupe a donné Venturia.

Heavy News : Quelle a été votre évolution depuis votre premier album ?

Charly : Le premier album a été le fruit d’un travail commun sur plusieurs années. On recherchait un bon Label et une production au top.

On a eu la chance de trouver tout ça en 2004/2005 et l’album est sorti en 2006. On était alors influencé par des groupes de métal progressif comme Dream Theater. Pour le deuxième album, « Hybrid », je me suis dit qu’on devait essayer d’aller beaucoup plus loin.

On a donc décidé d’utiliser des influences qui n’ont pas l’habitude d’être exploitées dans le progressif, à savoir des ajouts de sons trip-hop ou de pop. Techniquement, on a voulu pousser le jeu beaucoup plus loin au niveau de la polyrythmie.

On était très fier de l’album mais il a déstabilisé les amateurs de progressif. Les tourneurs nous ont aussi fait remarquer qu’on faisait une musique compliquée et que les fans étaient moins enthousiastes que pour notre premier album. Du coup pour le troisième album, je me suis dit qu’on allait essayer de faire quelque chose de différent.
On s’est donc réunis avec les membres du groupe. On avait envie de jouer une musique moins compliquée à reproduire sur scène, notamment lors des festivals, quand les conditions techniques ne sont pas optimales et qu’on n’a pas forcément le temps de faire des balances. C’est pourquoi on s’est orienté vers une musique plus rock and roll avec une approche d’avantage basée sur les riffs, le groove et la mélodie.

Tous les éléments des 2 premiers albums de Venturia y sont présents mais de façon un peu différente. Le groupe évolue. Pour chaque album on essaye d’avoir une ligne directrice en faisant quelques expériences au niveau du son.

Heavy News : La voix de Lydie, la chanteuse est d’avantage mise en avant sur cet album. Cherchez-vous à vous placer sur la scène du métal à voix féminine ?

Charly : Oui et non. Effectivement on ne pouvait plus continuer à jouer avec Marc qui habitait aux Etats-Unis. J’ai parlé à mes amis du projet de ne faire chanter que Lydie mais ils pensaient que le duo était une formule intéressante. Du coup, ayant déjà de l’expérience en tant que lead dans d’autres projets et ayant réalisé un album solo sur lequel je chantais, j’ai décidé de m’y coller !

Je me suis quand même mis en retrait car je voulais vraiment mettre en avant Lydie et sa voix, que j’adore. Les duos sont donc moins présents et on me l’a un peu reproché. Je trouve que sur les 2 derniers titres de l’album, les duos s’équilibrent un peu plus. Ce sont aussi les 2 derniers titres que j’ai composé donc j’osais un peu plus. Dans tous les cas ça ne me dérange pas qu’on nous classe dans la catégorie des groupes métal à chanteuse !

Heavy News : Comment faites-vous pour évoluer sur scène car il y a beaucoup de claviers mais pas de claviériste parmi les membres officiels du groupe ?

Charly : On joue avec des séquences de clavier de l’album qu’on a enregistré. C’est sur qu’à l’avenir j’aimerai qu’on ait un clavier qui vienne jouer avec nous sur scène. Mais il est difficile de trouver des dates pour jouer car ça coûte cher et peu de monde se déplace pour venir écouter un groupe qui est peu connu.

Faire venir un clavier qui ne fait pas partie du groupe, devoir le payer et lui faire gagner que dalle, ne serait un bon plan ni pour lui ni pour nous ! Pour l’instant on fait avec les séquences mais quand on sera plus connu et qu’on aura d’avantage de moyens, j’aimerais qu’on ait des musiciens additionnels.

Heavy News : Comment imagines-tu l’évolution du groupe avec Lydie en frontwoman ?

Charly: On ne va pas révolutionner le genre. Je pense qu’il faut évoluer de façon naturelle, ne pas se prendre la tête et qu’on ne dénature pas ce qu’on a envie de faire avec le groupe.

On n’a pas vraiment pensé qu’en simplifiant notre musique on allait se retrouver parachuté au milieu d’une multitude de groupes qui font du female fronted metal. On continuera d’évoluer, notre prochain album sera encore différent, un mélange des 3 autres.

Heavy News : Nous avons adoré ton jeu de guitare. Peux-tu nous parler de ton propre parcours ?

Charly: J’ai commencé par faire 12 ans de classique et ça m’a apporté une méthode de travail rigoureuse. J’ai bossé comme un dingue car j’étais épris de cet instrument de musique, émerveillé par les guitar heros.

Mon rêve était de leur ressembler. J’ai beaucoup travaillé mais ça ne m’a pas paru difficile car je le faisais avec passion. Aujourd’hui je travaille un peu moins à la guitare. En ce moment je me consacre plus à la composition. Je travaille aussi le chant. Je bosse toujours autant mais je varie les plaisirs.

Heavy News : De quoi parlent vos morceaux ?

Charly : La New Era représentait l’état d’esprit du groupe à un moment de sa carrière. Avec le nouveau line-up on était à l’aube d’une nouvelle ère. Jusqu’à présent j’aimais bien exprimer des introspections de manière pas très explicite, de façon à ce que tout le monde puisse un peu s’y identifier et comprendre un peu ce qu’il veut.

Ensuite comme notre musique est devenue plus directe, j’ai du adapter les textes. Dans les paroles que j’ai écrites seul, je me suis posé des questions sur la société en m’inspirant des thèmes d’actualité. Sur cet album j’ai aussi coécrit certain textes avec Lydie qui quant à elle a voulu parler de vies antérieures, de réincarnation, de spiritualité.

Le dernier titre est une sorte de description féérique d’un rêve qu’on peut interpréter un peu comme on veut.

Heavy News : Vous êtes devenu un groupe 100%français. Comment vous placez-vous sur la scène métal en France ? 

Charly : On n’est pas nombreux à avoir une front woman et encore moins dans le prog. Je pense que les français sont en général plus amateurs de métal extrême.

Il y a quelques années de ça la production française n’était pas à la hauteur mais je trouve que maintenant il y a beaucoup de gens talentueux en France. On va essayer de se projeter à l’étranger en jouant lors de festivals. C’est en train de se décider.

Heavy News : Vous avez changé de Label… On a noté une évolution autour de la production de ce nouvel album est-ce que les 2 sont liés ?

Charly: Il y a eu autant de travail fourni autour du son des 3 albums. La technologie et les outils de traitement du son ont quant à eux changés. Notre façon de travailler ainsi que celle de Kevin qui est responsable de la production des 3 albums ont donc du évoluer, progresser.

Par contre nous avons changé de personne au niveau du mastering. Jacob Hansen a produit d’autres bons groupes et je me suis dit qu’il fallait absolument qu’il s’occupe de nous. C’est fait et le niveau du son est bien meilleur !

Interview faite par: F.C.K et METALTRAVELLER

heavynews.fr
To the visited countries list Cliquez ici pour acheter vos tickets