English Version: Black Sabbath live in Birmingham

BLACK SABBATH
O2 Academy, Birmingham - 19 Mai 2012

Assister à un concert de Black Sabbath dans une petite salle? Voilà rêve qui est devenu réalité.
Le groupe s'est réuni avec son line-up d'origine dans le but d'effectuer une tournée Européenne en 2012. Deux dates étaient programmées en France, le Hellfest et Bercy.
Malheureusement, suite aux problèmes de santé de Toni Iommi, la tournée a été annulée, à l'exception de la date au Download Festival. Au Hellfest, c'est Ozzy Osbourne avec Geezer Butler, Zakk Wylde, Slash et autres invités qui vont assurer le concert, sous le nom de Ozzy & Friends.
Une date aux Etats Unis est ajoutée par la suite au festival Lollapalooza. Peu de temps après, Black Sabbath annonce un concert intimiste à Birmingham, sa ville natale .
Chez Heavy News on n'a pas pu résister à la tentation. Le concert était complet, je n’avais pas de billet, mais que diable, fallait bien tenter sa chance.

La veille du concet, la salle annonce que seuls 20 billets seront mis en vente à 11 heures du matin au guichet. Dès que notre avion arrive on fonce vers la salle, on arrive à 11h30… et il restait des place, alors qu'on s’attendait à une longue queue pour s’arracher les derniers précieux sésames. Où sont les fans de Metal de Birmingham, la ville qui a donné naissance à Black Sabbath et Judas Priest? Réponse : ils ont acheté leur billet le jour de la mise en vente, ou plus cher sur les sites de revente de places.
La O2 Academy est plus que complète ce soir. 3800 personnes se tiennent au chaud en attendent le groupe. La salle est très bien climatisée, et des verres d’eau sont servis gratuitement au bar.
Il n’y a pas de première partie. Enfin, un DJ sur scène qui passe des tubes Metal ça ne compte pas. Exactement à 20h30 on entend l’intro, composée d’extraits de titres de Sabbath. Ozzy arrive sur scène en courant. Dès que Tony balance le riff d’Into de Void on se me retrouve compressés au milieu de la foule. Le public est aux anges et malgré ce que peuvent dire les clichés, il se dégage une atmosphère positive. Positive car non seulement on est heureux d’assister au retour de Black Sabbath, mais surtout de voir Tony Iommi en forme.
Dès la fin du premier morceau on crie tous en cœur « Tony ! Tony ! ». Ozzy le présentera comme Iron Man au début de ce classique.
La basse de Geezer est la colonne vertébrale du groupe. Bien qu’il reste quelque peu en retrait, son jeu rend le son unique.
Quant à Ozzy, son attitude est complètement différente lorsqu’il est sur scène avec Black Sabbath. S’il arrive qu’il se la joue comique en solo, ce soir ses grimaces feraient presque peur. Il a failli me faire oublier son abominable série télé! Vu comment il se donne, on lui pardonne les quelques fausses notes.
Aux claviers, Adam Wakeman est invisible, mais on l’entend bien lorsqu’il intervient. Finalement, Tommy Clufetos frappe sa batterie comme un dingue et remplit le rôle à merveille. Seulement, ce n’est pas Bill Ward. C’est regrettable qu’il ne soit pas venu, et encore plus dommage que ce soit lié à l’argent. J’espère que l’amitié qui les liait à leurs débuts reprendra le dessus.

Dans le public certains ont les larmes aux yeux, d’autres chantent tous les morceaux. Toute la salle est touchée et le pogo ne cessera à aucun moment. Le son est fort, même écrasant, mais aussi très propre et clair. J’ai même l’impression que les morceaux sont ralentis. En quelque sorte, on assiste à un concert de Doom Metal, avec le public de Motörhead.
La setlist comporte plein de morceaux rares, et le groupe se donne le luxe de ne jouer que les riffs de Symptom Of The Universe et Sabbath Bloody Sabbath, deux titres phares. A noter que Lord Of This World figurait sur la setlist mais n'a pas été jouée. Au total, nous avons eu pour une heure et cinquante minutes.
Après Paranoid, le public crie à nouveau « Tony ! Tony ! » jusqu’à ce que le groupe quitte la scène.
Ce fut un moment magique, un concert exceptionnel plein d’émotions et c’est une chance d’avoir assisté. Maintenant, on n’a plus qu’à espérer une nouvelle date en France !
Chronique écrite par: METALTRAVELLER

heavynews.fr
To the visited countries list Bienvenues à Heavynews.fr