cliquez ici pour acheter vos tickets
Kamelot - bataclan_2012



Read english version: Kamelot live at Bataclan
Voir toutes les photos du concert: Cliquez ici

Tommy Karevik - Kamelot au Bataclan

March of Mephisto - Kamelot au Bataclan

Youngblood - Kamelot au Bataclan 2012
photos: Metaltraveller

KAMELOT - Bataclan 2012

En cette soirée du 4 novembre, les concert de Kamelot au Bataclan a des allures d’événement.
Tout d’abord, le groupe vient présenter sur scène son nouvel opus : Silverthorn, duquel ils joueront 4 morceaux pendant la soirée . Mais, et c’est tout aussi important, le groupe vient nous présenter son nouveau frontman : le suédois Tommy Karevik .

Il faut dire que lorsque Roy Khan est parti du groupe, un grand pari s’imposait pour Thomas Youngblood, le leader de Kamelot : trouver un remplaçant digne du trône laissé par Khan. Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsque le groupe présenta Tommy et annonça la sortie de Silverthorn, peu de temps après ! Réaction? Le suédois est un clone (au moins physiquement et en plus jeune) de Roy Khan. Et la voix ? Tout simplement parfaite pour Kamelot !

Je sais que les comparaisons sont odieuses, mais celle-ci saute aux yeux. Youngblood a fait tout son possible pour dénicher un nouveau chanteur qui ne dépayse pas à l’auditeur pour ainsi ne pas tomber dans la polémique avec les fans du groupe (comme par exemple ce qui s’est passé avec Nightwish et l’arrivé d’Anette). Mais bon, Le Roi est mort ! Vive le Roi ! Maintenant place au nouveau sang dans le règne de Kamelot !

Alors arrivé au Bataclan, je tombe directement sur la prestation de Xandria, groupe Allemand de metal symphonique très axé Nightwish. Le manque d’originalité des chansons ne sera pas un frein pour que le groupe s’impose sur scène. La chanteuse Manuela Kraller est moyennement charismatique au début et le publique met du sien pour la rassurer, ce qui a pour effet que l’allemande se donne à fond jusqu’à la fin de la présentation. Xandria me laisse un très bon gout dans la bouche (même s’ils se ressemblent un peu trop aux finlandais) et je cours m’acheter leur dernier album Neverworld’s End.

L’heure sonne pour Kamelot et la salle est plongée dans le noir. Après une intro épique, le groupe apparait et nous balance « Rule the World » du Ghost Opera. Le son des instruments est parfaitement équilibré et chacun des musiciens est mis en valeur.

La scène est bien décorée avec un grand rideau du Silverthorn au fond. Il y a plein de lights et même des jets de fumée. A gauche, en haut de la scène on aperçoit une choriste avec un masque. Pour notre plus belle surprise, il s’agissait de la belle Elyze Ryd, du groupe Amaranth.

Le moment est venu de juger la prestation du nouveau du groupe, et là il faut dire : chapeau ! Le suédois est charismatique sur scène : il est sûr de lui-même, il bouge d’un coté à l’autre et invite le publique à participer. Ce dernier répond positivement à tout moment en sautant et en headbangant. Tommy arrive même à parler de manière très spontanée et décontractée avec les assistants, ce qui lui donnera quelques points en plus.

Les yeux des spectateurs sont tous posés sur lui, ils sont d’accord que Kamelot a gagné le pari en choisissant à Kaverik comme nouveau frontman.

Coté setlist on a eu droit à une bien belle (mais pas la meilleure). Au total, quatre chansons du Silverthorn, la même quantité du Ghost Opera, trois du Poetry, et un peu moins du Black Halo, du Epica et du Karma.

Les seules hics de la soirée furent, d’un côté, la durée du concert –seulement 1h20-, et de l’autre, le mixage des voix qui rendra la prestation d’Elyze Ryd presque inaudible à certains moments.

Mais en gros, Kamelot a mis tout le paquet et toute son énergie pour nous offrir un show de qualité. On a de quoi être contents, le concert a été merveilleux et on a eu pour notre argent. Dommage que le Bataclan n’était pas plein, le groupe méritait une plus grande assistance.

Live report écrit par: F.C.K

heavynews.fr
Concerts Base Productions Cliquez ici pour acheter vos tickets