Steel Panther - Bataclan 2012
Therion à Paris



Voir toutes les photos du concert: Cliquez ici

Therion à Paris - Flowers Of Evil Tour -  Bataclan 2012

Lori  Lewis - Therion à Paris - Flowers Of Evil Tour - Bataclan 2012

Thomas Vikstrom - Therion à Paris - Flowers Of Evil Tour - Bataclan 2012
photos: Metaltraveller

THERION - Bataclan 2012

Voilà Therion de retour à Paris, pour fêter leurs 25 ans de carrière, mais aussi pour présenter leur nouvel album, Les Fleurs du Mal (Lire la chronique). Malgré la référence évidente à Baudelaire, cet album n’a pas grand-chose à voir avec le Poète Maudit. C’est une relecture de chansons françaises, et pour certaines on se demande bien comment ont-elles pu traverser nos frontières et finir pour être reprises par un groupe suédois ! Toujours est-il que cet album est en quelque sorte un hommage à la France, cette date Parisienne était donc appelée à être l’un des moments forts de la tournée. Ce sont les parisiens d’Elyose qui assurent la première partie, non seulement pour les dates françaises, mais aussi pour l’ensemble de la tournée. Vu q’il sa’git de la tournée Les Fleurs du Mal, le groupe est bien choisi. Leur musique est loin d’être mon style de prédilection, mais une bonne partie du public a l’air d’apprécier, et c’est ce qui compte.

Lorsque Therion arrive sur scène, seule les premières notes d’"O Fortuna" sont jouées, suivies presqu’immédiatement par une reprise de France Gall, "Poupée de Cire, poupée de Son". C’est inattendu et surprenant, mais loin d’être désagréable! Avec Therion, on sait que ça va changer changer d’une tournée à l’autre. La scène est occupée aujourd’hui par neuf musiciens. Au fond, nous avons le claviériste Stefan Jernståh et le batteur Johan Koleberg chacun d’un côté de la scène. Entre les deux, il y a les trois chanteurs de ce soir : Lori Lewis, Thomas Vikström, et sa fille Linnea Vikström. Selon la chanson, chacun avance à tour de tour de rôle vers le devant de la scène, où se trouvent les guitaristes Christofer Johnsson et Christian Vidal, ainsi que le bassiste Nalle Påhlsson.
Le son est excellent, les lights sont corrects, mais la scène est assez épurée par rapport à d’autres tournées. Et c’est que ça fait mal de penser aux tournées précédentes de Therion, car après "Son Of The Sun" l’ambiance retombe. Pendant près d’une demi-heure je me demande si c’est bien Therion qui est sur scène, ce groupe aux concerts chargés d’émotion, ce groupe qui avait réussi à m’arracher quelques larmes autrefois. La qualité des musiciens n’est pas remise en cause, mais peut être devraient-ils avoir un deuxième chanteur. Bien que Thomas soit excellent, un deuxième serait un plus. Après tout, il n’y a pas si longtemps le groupe tournait avec six choristes. Peut que la setlist y pour quelque chose également, le début manquait clairement de force.

Heureusement, le concert va crescendo et à partir d’"Abraxas" on commence à retrouver un Therion digne de ce nom sur scène. Et c’est que quand ils veulent, ils sont excellents ! Certains des moments les plus marquants sont les solos de "The Siren of the Woods" et la superbe version de "Wine of Aluqah". La danseuse Johanna est invitée sur scène pour une danse du ventre que les premiers rangs ne sont pas prêts d’oublier. Elle reste pendant les trois morceaux à connotation orientale, interprétés à la suite : "Land of Canaan", "Wine of Aluqah" et "The Rise of Sodom and Gomorrah". Les morceaux s’enchaînent et il y a peu de place pour les discours. Mais Christofer prend le temps de nous explique qu’il n’a pas eu le soutient de la maison de disques pour le nouvel album, que bien sûr il nous encourage à acheter. Lorsqu’il demande si c’est le groupe, la maison de disques ou les fans qui devraient choisir de publier un album, on s’accorde tous pour dire que c’est le groupe. Christofer a entièrement financé le projet, ce qui est très courageux de sa part, mais aussi très risqué. Que l’on aime ou pas, au moins on est sûr que ce projet représente vraiment la volonté de l’artiste, sans compromis. Combien d’artistes peuvent revendiquer ça ?

Pour les rappels, nous avons droit à "Blood Of Kingu", puis à une belle version de "To Mega Therion", à la fin de laquelle le public, totalement envouté, applaudit à l’unisson. Le groupe ne reviendra pas pour un ultime rappel, comme il l’avait fait par le passé. Et même si la plus grande partie du concert était excellente, ça fait toujours mal de penser au passé. Therion reste un très bon groupe de scène, largement au dessus de la moyenne, mais on était habitués à bien mieux, et le groupe n’est plus ce qu’il était autrefois. Toujours est-il qu’ils ne devraient pas tourner pendant quelques années, avant la publication de l’opéra rock de Christofer Johnsson. Le grand retour de Therion, on l’attend déjà avec impatience !

Live report écrit par: METALTRAVELLER

heavynews.fr
Concerts Base Productions Steel Panther - Bataclan 2012